“Stories” : Le format qui a su s’imposer

“Stories” : Le format qui a su s’imposer

“Stories” : Le format qui a su s’imposer

Ceci est un extrait du contenu original appartenant à l’auteur. Je vous invite à consulter et suivre son contenu pour devenir un jedi digital !

Les “stories” ces images verticales qui disparaissent en vingt-quatre heures.

Le terme était inconnu il y a encore huit ans. Aujourd’hui, il est difficile de trouver un réseau social qui n’a pas encore ses « stories ». Instagram, Snapchat, Facebook, WhatsApp, Messenger, Weibo, LinkedIn… tous ont adopté cette fonctionnalité qui permet de partager des contenus éphémères, au format vertical, qui changent la façon de consommer sur son smartphone. Dernier en date : Twitter, qui a ajouté ce format (baptisé les « Fleets ») en novembre 2020.

Le concept des « stories » est incroyablement simple : la publication, qui peut mélanger image, vidéo, ou simple texte au format vertical, auxquels on peut ajouter des GIF ou des stickers, a une durée de vie limitée à vingt-quatre heures. Après cela, elle est censée disparaître de votre profil pour toujours. « Je trouve que cette fonctionnalité permet de partager des choses de manière beaucoup plus spontanée que les publications classiques », témoigne Olivier, 18 ans, en réponse à un appel à témoignages du Monde.

Quand elles n’ont pas leur espace réservé (comme sur Snapchat ou WhatsApp), les « stories » se trouvent généralement au-dessus du fil d’actualité d’un réseau social (comme sur Instagram, Facebook ou Twitter). Pour les consulter, il suffit d’appuyer sur la petite bulle d’un profil auquel on est abonné et de se laisser porter.