Edit

Reels : Pourquoi et comment l’utiliser

Reels : Pourquoi et comment l’utiliser

Reels : Pourquoi et comment l’utiliser

Ceci est un extrait du contenu original appartenant à l’auteur. Je vous invite à consulter et suivre son contenu pour devenir un jedi digital !

Reels : Pourquoi et comment utiliser « le TikTok d’Instagram »? (guide)

 

Contrairement à TikTok, Byte, Dubsmash ou Triller, dont Instagram s’est fortement inspiré, Reels (littéralement « Bobines » en français) n’est pas une application autonome.

Cette fonctionnalité, qui permet de créer des vidéos verticales courtes très enrichies (par de la musique, des filtres, de la réalité augmentée…), est complètement intégrée à Instagram. Exactement comme les Stories, que la filiale de Facebook avait allègrement pompées à Snapchat il y a quatre ans…

Accessible depuis début août 2020 dans une cinquantaine de pays, dont la Belgique, Reels vient donc s’ajouter, dans Instagram, au fil d’actualités, aux diffusions en direct, aux stories, à IGTV (vidéos longues) et à la messagerie privée.

 

Importante visibilité primaire des Reels

Reels occupe une belle place dans l’onglet « Explore » d’Instagram. Avant un onglet dédié ?

Par effet de levier, l’intégration de Reels dans une appli qui compte plus d’1 milliard d’utilisateurs mensuels actifs donne aux vidéos créatives qu’elle permet de créer une visibilité primaire importante.

D’autant qu’une fois publiée, une vidéo Reels atterrit non seulement dans le profil de son créateur/sa créatrice et dans le fil d’actualités d’une partie de ses abonnés (par une sélection algorithimique), mais elle peut aussi, si le compte est public évidemment, se faire une place dans l’onglet « Explore » d’Instagram.

Autrement dit : la visibilité native des Reels, qu’Instagram dope pour les lancer au mieux, devrait au moins pousser les entreprises, les marques et les institutions à y jeter un oeil intéressé.

L’audience est déjà là. L’algorithme d’Instagram, basé sur le temps de consommation et le taux d’engagement essentiellement, y est particulièrement favorable. Et la dynamique de viralisation est simple : elle dépend des comptes suivis, de l’engagement et de la proximité géographique.